Championnats de France de Paracyclisme à Annecy (74) : Une pluie de médailles et 5 titres pour les basques

Organisé trop tardivement dans la saison, il a fallu trouver les mots pour motiver l'équipe à se déplacer en Haute Savoie. Toujours est-il, dès que le dossard est accroché l'envie d'en découdre revient vite. 

MC5 : Dorian Foulon conserve ses deux titres ! Alexis confirme sa progression.

Récent médaillé de bronze aux Championnats du Monde à Pietermaritzburg fin août, Dorian n'a pas beaucoup roulé au mois de septembre et pourtant c'est sans conteste, tout en mesurant les efforts à l'avant de la course, que le membre du Pôle Espoir de Paracyclisme a remporté la course en ligne. En revanche, un adversaire de taille en la personne de Yannick Bourseaux (nombreuses fois Champion du Monde de Paratriathlon), et en grande forme actuellement, aurait pu déposséder Dorian de son bien mais c'était mal connaître le jeune breton qui a su se transcender sur le contre-la-montre et ainsi conserver son titre.

"Honnêtement depuis mon retour des Championnats du Monde, je voulais raccrocher mais j'avais à cœur de conserver mes deux titres donc j'ai refait le métier ces derniers jours après 3 semaines de relâchement. Je suis vraiment heureux de garder ces deux maillots et fier de les dédier à Jean-Rene Bernaudeau et à l'équipe Direct Énergie qui me font confiance depuis deux ans. J'ai aussi une pensée pour mon club, Urt Vélo 64 avec qui je ne cesse de progresser. Maintenant, enfin la coupure avant de repartir vers de nouveaux objectifs préparés avec mon coach, Christophe Dizy." déclara Dorian. 

Alexis Poupault, quant à lui, a échoué au pied du podium de la course en ligne mas il a confirmé sa nette progression cette année. "Je suis vraiment déçu car j'ai réussi à prendre le contre derrière Dorian. J'aurai voulu concrétiser mon travail mais je suis encore trop faible au sprint. Au moins, je sais ce que je dois travailler avec mon entraîneur Julien Morin, que je remercie sincèrement. J'en profite également pour remercier le staff pour son dévouement tout au long de la saison".  

MC4 : David Calmon, bis repetita. 

Plus les années passent et plus le lotois glane des titres. Après avoir dominé les deux épreuves l'an dernier, David avait bien préparé ce rendez-vous national afin de réitérer son exploit cette année. Sur la course en ligne, il a réussi à sortir dans le contre dans lequel il était le seul de sa catégorie. Il a participé au travail d'équipe afin de protéger l'échappée de Dorian tout en maintenant son adversaire direct à bonne distance et ainsi remporter le titre C4. Comme en C5, le contre-la-montre nous a offert un beau suspens grâce au Champion du Monde en titre de Paratriathlon Alexis Hanquinquant. Dans le même temps à la mi-course, David est parvenu à garder son maillot tricolore mettant à profit son expérience et ses qualités de rouleur. 

"La course de samedi a été tactiquement très bien menée par l'équipe car je devais contrôler pour ne pas favoriser un retour sur Dorian tout en assurant un tempo pour que Alexis Hanquinquant ne revienne pas car il était sorti seul derrière. On a donc géré avec les écarts et concrètement tout s'est passé comme prévu pour le Team avec les deux maillots tricolores ramenés à la maison. Pour le chrono, je savais que Alexis était en forme car il venait de remporter les Championnats du Monde de Paratriathlon. J'ai géré la première partie du parcours grâce aux pointages que nous indiquait le staff et ensuite j'ai lâché les watts. Tout le travail entreprit avec mon entraîneur Julien Morin a payé. J'espère que cette performance sera prise en compte pour la saison prochaine et les Coupes du Monde qui restent un véritable objectif pour moi" nous livra David.

MC2 : Premiers podiums pour la jeune carrière de Théo Rocton. 

A 17 ans, Théo se positionne déjà comme la relève de cette catégorie en France. Bien sûr, il reste du travail à accomplir pour rivaliser avec des garçons expérimentés comme Stephane Bahier et Francois Lacroix mais sa force de caractère et sa volonté lui permettront d'accéder très vite à la plus haute marche du podium. 3ème sur les deux épreuves, Théo n'a reçu qu'une médaille sur la route car il n'y avait pas assez de participants sur le contre-la-montre. 

"J'étais très déçu de ma prestation sur la course en ligne car j'ai craqué trop tôt. Je n'étais pas assez chaud. Je pense que j'aurais pu tenir plus longtemps le peloton. Sur le chrono, je me suis rassuré car j'avais de bonnes sensations. Je suis encore loin des premiers mais je sais qu'ils font partis des meilleurs mondiaux. Je vais profiter de cet hiver pour essayer de passer un cap qui me permettra de rivaliser un peu plus." 

Tandem : Deux médailles de bronze pour notre duo. 

Nouvellement associés, Damien et Jean-Edouard n'ont pas démérité sur ces championnats. En effet, au delà de la préparation physique nécessaire, il faut aussi une certaine dose d'expérience pour piloter cette machine. Dans ce registre, Jean-Edouard a beaucoup travaillé mais il faudra encore persévérer pour que Damien retrouve son niveau passé. Malgré tout, notre équipage a répondu présent et rentre en Aquitaine avec deux médailles de bronze autour du cou. 

"Nous savions avant d'arriver que nous n'avions pas les moyens de garder notre titre mais nous avions tout de même envie de monter sur la boite. Je suis toujours motivé pour les années à venir et nous allons continuer à travailler" lança Damien.

De son côté, Jean-Edouard était aussi admiratif : "J'aurais aimé apporter plus mais nous collaborons depuis peu avec Damien. Il était compliqué pour moi de me consacrer pleinement à l'entraînement et on constate que nous sommes vraiment dans un sport de haut niveau. J'ai vraiment passé un week-end inoubliable aux côtés de personnes attachantes et extraordinaires. Un grand merci au staff pour leur professionnalisme et leur efficacité". 

MT : 1er titre prometteur pour David Geslot. 

Malgré le peu de participants dans la catégorie tricycle, le contre-la-montre nous a donné de très bons enseignements. Tout d'abord concernant le niveau de David Blin vainqueur de la course sur route. Il a prouvé qu'il était bien, aujourd'hui, le meilleur français de la discipline, tant il a survolé les courses nationales cette année. A n'en pas douter, les moyennes qu'il a réalisé doivent le motiver à participer à des courses internationales car jamais un représentant français n'a atteint ce niveau en T2. Ces résultats valorisent la performance de David qui remporte le contre-la-montre devant le lavallois à la faveur des facteurs de temps internationaux appliqués pour les catégories qui ne disposent pas d'un nombre suffisant de coureurs. David, récemment intégré au Pôle Espoir de Paracyclisme, termine brillamment sa saison sans oublier sa médaille de bronze à la Coupe du Monde à Emmen (Pays-Bas). Sa persévérance et sa volonté vont lui permettre de progresser et ainsi de gravir les échelons internationaux. 

"Je suis très content d'avoir gagné mon premier maillot de Champion de France. Je remercie Christophe Daydé qui m'a entraîné cette année et mon papi. Maintenant, je vais pouvoir progresser grâce au Pôle. Merci aussi à mon club et à Christophe qui a toujours cru en moi." 

Le bilan de ces championnats est donc flatteur pour notre association avec 5 titres et 3 médailles de bronze décernées ainsi qu'une 2ème place et une 3ème place (médailles non attribuées pour nombre insuffisant de participants). Nous égalons le record de l'an dernier ce qui représente 25 maillots de Champion de France en 7 ans ! De quoi réjouir le président Christophe Dizy : "Les objectifs ont été dépassés par l'équipe avec 5 maillots alors que nous en visions 4 au maximum avec 6 athlètes et un pilote. C'est un réel plaisir pour le groupe et nos sportifs qui confirment leurs résultats internationaux. Preuve une nouvelle fois que le travail de formation menée aussi bien dans notre association que sur le Pôle Espoir de Paracyclisme porte ses fruits. Je me félicite également de l'âge de nos coureurs sachant que parmi les 6 athlètes, 5 ont moins de 25 ans ! Ce qui est prometteur pour l'avenir. Nous gardons notre ligne de conduite et malgré les années Urt Vélo 64 restent le club numéro 1 en France depuis bientôt une décennie. Nous avons aussi eu le plaisir de côtoyer les paratriathlètes venus sous l'impulsion de Stéphane Bahier et de leur encadrement pour se mesurer aux cyclistes. C'est une belle initiative qui sera renouvelée, je l'espère, car elle est aussi bénéfique pour nos paracyclistes. Je tiens aussi à souligner l'excellent travail du staff en particulier Céline et Alain pour leur professionnalisme et leur disponibilité. Je tire un grand coup de chapeau à Thierry Maupin et à toute son équipe pour la qualité de l'organisation alors qu'ils disposaient de peu de temps pour mettre en œuvre ces Championnats. Enfin, c'est avec beaucoup d'émotion, que nous dédions ces titres à Frédéric qui nous a quitté trop tôt et qui aurait aimé être à nos côtés". 

Retrouvez l'ensemble des photos sur notre page Facebook. 

Dorian FOULON décroche la médaille de bronze sur les championnats du Monde UCI de Paracyclisme

Dorian Foulon, le pensionnaire du Pôle Espoir de Paracyclisme situé à Urt, a rempli l’objectif fixé en montant sur le podium des premiers championnats du monde de sajeune carrière à Pietermaritzburg (RSA). Après un bon contre-la-montre vendredi où il a pris la 6ème place, Dorian était en grande confiance car la forme était au rendez-vous. « Suite aux coupes du monde, je savais que mon niveau se situait autour de la 8ème place. Faire 6ème était vraiment un bon classement mais au delà de la place c’est mon temps par rapport aux sépcialistes qui m’a rassuré. » 

La course en ligne a été dominée sans conteste par le brésilien Chaman qui a fait cavalier seul pendant 85 km. C'est dans le dernier tour que l'autrichien Eibeck s'est envolé vers la 2ème place tandis que Dorian a attaqué dans la dernière difficulté en résistant au retour du peloton et décrochant ainsi une belle médaille de bronze. « Je suis très content de ce résultat car la course a été compliquée à gérer. Personne ne voulait organiser la chasse derrière le brésilien donc je n'ai pris aucun risque non plus. Quand l'écart a dépassé les 3 mn à la mi-course, je savais que le titre n'était plus possible et que je devais me concentrer sur le podium. Je suis sorti avec l'australien Donohoe, le champion du monde en titre mais il s'est vite relevé. Je n'ai pas réfléchi et j'ai poursuivi mon effort. Je pensais que le peloton allait revenir dans la descente mais pas du tout, du coup j'arrive avec un peu d'avance ce qui m'a permis de gagner une belle médaille de bronze et ainsi remplir l'objectif cette année... »

Ce podium récompense le travail d’une saison chaotique suite à un début de saison perturbé par une fracture de la malléole puis un mois de juin consacré au passage du baccalauréat qu’il a obtenu. 

« Dorian vient de confirmer tout le bien que pensaient ses proches et ceux qui l’encadrent depuis les toutes premières heures. A 19 ans, il est aussi un des plus jeunes coureurs à monter sur un podium MC5 ce qui en dit long sur son potentiel. Ce résultat est la continuité d’une préparation constante, minutieuse et conforme à son âge. Nous nous efforçons à ne pas griller les étapes. A l’aise au sein des pelotons valides, nul doute que Dorian va continuer à progresser », nous a confié Christophe Dizy, président de Urt Vélo 64 et entraîneur de Dorian. Le breton d’origine a aussi la chance d’être soutenu par le Team Direct Energie. Depuis maintenant 2 ans, il a toute la confiance de Jean-René Bernaudeau qui a été sensible au projet du jeune champion. 

Retrouvez l'ensemble des photos sur notre page Facebook.

 

Bilan des deux Coupes du Monde UCI de Paracyclisme

Dorian Foulon confirme à Ostende (Belgique). Vainqueur de l'épreuve en ligne à Maniago (Italie) la semaine précédente, le pensionnaire de l'Académie Nationale Handisport de Paracyclisme, avait à coeur de confirmer sa belle victoire lors de la 2ème manche de la Coupe du Monde UCI. Après un contre-la-montre qu'il a jugé plutôt moyen (6ème), Dorian a forcé l'admiration des spécialistes présents dans les Flandres. En effet, suite à une course folle, Dorian a été l'homme du jour.

Dès les premiers kilomètres, un italien et un hollandais ont faussé compagnie au peloton. "En début de course, quand j'ai vu que les italiens contrôlaient car ils avaient un équipier devant, j'ai saisi une opportunité pensant que d'autres favoris allaient emboiter le pas mais seul un autre italien m'a suivi. Il n'a pas collaboré bien sûr mais je suis rentré assez vite. On s'est entendu tout de suite, du coup, l'écart est monté rapidement" déclara Dorian. Mais un ennui mécanique a contrarié ce premier coup de butoir de l'urtois. "C'est dans une relance que j'ai cassé un des rayons de ma roue arrière qui ne tournait pratiquement plus. J'ai appelé plusieurs fois la voiture neutre mais elle ne voulait pas monter à ma hauteur. Je ne pouvais plus suivre mes compagnons d'échappée donc je me suis arrêté. Du coup, la voiture m'a dépanné. Quand j'ai vu le peloton me doubler, j'avais un peu la haine mais je ne me suis pas affolé. Je me suis livré à un petit contre-la-montre et je suis rentré sur les favoris. J'ai remarqué que David (Calmon) mon coéquipier était sorti et avait rejoint l'échappée donc j'ai laissé faire et j'ai pu récupérer." 

A l'avant, David s'est employé à animer l'échappée qui n'a pu éviter le retour du peloton. A la faveur de ce regroupement, Dorian a porté une nouvelle attaque à 30 km de l'arrivée, emmenant avec lui le leader de la Coupe du Monde, le brésilien Chaman et l'ancien membre du Team OSE, Ramassamy. "Je me sentais encore bien donc j'ai attaqué. Cette fois-ci, Chaman a réagi de suite avec Cédric. Je savais que nous pouvions aller au bout avec le brésilien, donc j'ai roulé fort." 

Chaman (déjà second la semaine passée) et Dorian ont uni leurs forces pour creuser un écart irrémédiable. A quelques kilomètres de l'arrivée, le brésilien a porté une attaque à laquelle Dorian, émoussé par les efforts précédents, n'a pas pu répondre l'empêchant ainsi de faire le doublé mais lui permettant de prendre une 2ème place plus que méritée. "Suite à une grosse relance de Chaman, Cédric a perdu le contact et je me suis fait piéger. J'ai essayé de rentrer mais je n'ai jamais pu boucher le trou." A l'arrivée, l'urtois se voulait positif tout de même, "Je suis déçu bien sûr car j'avais la victoire dans les jambes mais vu mes ennuis mécaniques, je m'en sors bien. J'avais de bien meilleures sensations que la semaine dernière. Avec Christophe (Dizy), mon entraîneur, nous avions programmé cette quinzaine comme mon 1er objectif de l'année, je pense que le contrat est rempli (Dorian affichait un large sourire)."

David Calmon (MC4) et Alexis Poupault (MC5) au niveau international. De son côté, David a une nouvelle fois prouvé qu'il avait sa place parmi l'élite. En effet, que ce soit comme équipier modèle en protégeant son leader ou à l'affût des attaques en se positionnant intelligemment dans un contre pour revenir à l'avant, David a été d'une aide précieuse tout au long de cette course. Dommage que le travail fournit l'ait privé d'un sprint final (sa spécialité) qui aurait pu lui permettre de monter sur le podium (7ème). De son côté, Alexis, a haussé son niveau. Comme David, il a travaillé pour Dorian tout en gardant suffisamment de force pour rester au contact des favoris. En terminant 11ème, le jeune urtois (23 ans) a une marge de progression intéressante, incarnant tout comme Dorian (19 ans) la relève française. 

Théo Rocton poursuit son apprentissage. Le jeune académicien (17 ans) revient de ces deux coupes du monde avec l'envie de travailler encore plus dur afin d'atteindre le niveau international. Il connait maintenant le chemin qui lui reste à parcourir et les efforts qu'il va falloir concéder pour progresser. Tous les espoirs sont permis et l'avenir est devant lui. 

David Geslot rentre dans une nouvelle aire. Après 4 années passées en T2, David vient d'être reclassifié en T1 soit dans la catégorie qui correspond incontestablement à sa pathologie. Cette reclassification va permettre à David de viser d'autres objectifs et surtout de décupler sa motivation pour les atteindre. Un nouvel horizon s'ouvre à lui. 

Un bilan positif. Christophe Dizy, président de Urt Vélo 64 et responsable de l'Académie Nationale Handisport de   Paracyclisme dresse un bilan positif de cette quinzaine mondiale. "Il faudrait être difficile pour ne pas être satisfait car n'oublions pas qu'à la base, nous sommes un club et qu'en coupe du monde nous rivalisons avec des équipes nationales. Nous avons choisi de développer l'accession au haut niveau avec de jeunes coureurs que nous avons détecté et entraîné. Nous ne nous contentons pas d'attendre l'éclosion des coureurs pour les recruter, nous formons, nous construisons, nous sommes les vrais acteurs du Paracyclisme national, que ce soit à travers Urt Vélo 64 ou l'Académie. La victoire de Dorian, à Maniago récompense aussi la Fédération Française Handisport qui nous a fait confiance en mettant en place l'académie, il y a maintenant deux ans. Une idée saugrenue pour certains, sans intérêt pour d'autres mais qui prouve aujourd'hui que nous avons eu raison de croire que l'avenir de notre sport passe par les jeunes en situation de handicap et que nous ne devons pas nous contenter d'attendre d'anciens compétiteurs qui arrivent dans notre mouvement. Les familles ne se sont pas trompées non plus et les prochaines arrivées de futurs académiciens à Urt en est la preuve. Cette victoire n'est qu'un début car nous avons des objectifs bien plus significatifs mais je la dédie à ceux qui nous soutiennent et qui croient en nous, à l'image de nos partenaires, du Team Direct Energie, des bénévoles de Urt Vélo 64, de la FFH et en particulier à Pierrick Giraudeau (DTN adjoint en charge du haut niveau) et à Sami El Gueddari (CTN en charge de la filière d'accès au haut niveau)." 

Retrouvez l'ensemble des photos sur notre page Facebook.