Bilan des deux Coupes du Monde UCI de Paracyclisme

Dorian Foulon confirme à Ostende (Belgique). Vainqueur de l'épreuve en ligne à Maniago (Italie) la semaine précédente, le pensionnaire de l'Académie Nationale Handisport de Paracyclisme, avait à coeur de confirmer sa belle victoire lors de la 2ème manche de la Coupe du Monde UCI. Après un contre-la-montre qu'il a jugé plutôt moyen (6ème), Dorian a forcé l'admiration des spécialistes présents dans les Flandres. En effet, suite à une course folle, Dorian a été l'homme du jour.

Dès les premiers kilomètres, un italien et un hollandais ont faussé compagnie au peloton. "En début de course, quand j'ai vu que les italiens contrôlaient car ils avaient un équipier devant, j'ai saisi une opportunité pensant que d'autres favoris allaient emboiter le pas mais seul un autre italien m'a suivi. Il n'a pas collaboré bien sûr mais je suis rentré assez vite. On s'est entendu tout de suite, du coup, l'écart est monté rapidement" déclara Dorian. Mais un ennui mécanique a contrarié ce premier coup de butoir de l'urtois. "C'est dans une relance que j'ai cassé un des rayons de ma roue arrière qui ne tournait pratiquement plus. J'ai appelé plusieurs fois la voiture neutre mais elle ne voulait pas monter à ma hauteur. Je ne pouvais plus suivre mes compagnons d'échappée donc je me suis arrêté. Du coup, la voiture m'a dépanné. Quand j'ai vu le peloton me doubler, j'avais un peu la haine mais je ne me suis pas affolé. Je me suis livré à un petit contre-la-montre et je suis rentré sur les favoris. J'ai remarqué que David (Calmon) mon coéquipier était sorti et avait rejoint l'échappée donc j'ai laissé faire et j'ai pu récupérer." 

A l'avant, David s'est employé à animer l'échappée qui n'a pu éviter le retour du peloton. A la faveur de ce regroupement, Dorian a porté une nouvelle attaque à 30 km de l'arrivée, emmenant avec lui le leader de la Coupe du Monde, le brésilien Chaman et l'ancien membre du Team OSE, Ramassamy. "Je me sentais encore bien donc j'ai attaqué. Cette fois-ci, Chaman a réagi de suite avec Cédric. Je savais que nous pouvions aller au bout avec le brésilien, donc j'ai roulé fort." 

Chaman (déjà second la semaine passée) et Dorian ont uni leurs forces pour creuser un écart irrémédiable. A quelques kilomètres de l'arrivée, le brésilien a porté une attaque à laquelle Dorian, émoussé par les efforts précédents, n'a pas pu répondre l'empêchant ainsi de faire le doublé mais lui permettant de prendre une 2ème place plus que méritée. "Suite à une grosse relance de Chaman, Cédric a perdu le contact et je me suis fait piéger. J'ai essayé de rentrer mais je n'ai jamais pu boucher le trou." A l'arrivée, l'urtois se voulait positif tout de même, "Je suis déçu bien sûr car j'avais la victoire dans les jambes mais vu mes ennuis mécaniques, je m'en sors bien. J'avais de bien meilleures sensations que la semaine dernière. Avec Christophe (Dizy), mon entraîneur, nous avions programmé cette quinzaine comme mon 1er objectif de l'année, je pense que le contrat est rempli (Dorian affichait un large sourire)."

David Calmon (MC4) et Alexis Poupault (MC5) au niveau international. De son côté, David a une nouvelle fois prouvé qu'il avait sa place parmi l'élite. En effet, que ce soit comme équipier modèle en protégeant son leader ou à l'affût des attaques en se positionnant intelligemment dans un contre pour revenir à l'avant, David a été d'une aide précieuse tout au long de cette course. Dommage que le travail fournit l'ait privé d'un sprint final (sa spécialité) qui aurait pu lui permettre de monter sur le podium (7ème). De son côté, Alexis, a haussé son niveau. Comme David, il a travaillé pour Dorian tout en gardant suffisamment de force pour rester au contact des favoris. En terminant 11ème, le jeune urtois (23 ans) a une marge de progression intéressante, incarnant tout comme Dorian (19 ans) la relève française. 

Théo Rocton poursuit son apprentissage. Le jeune académicien (17 ans) revient de ces deux coupes du monde avec l'envie de travailler encore plus dur afin d'atteindre le niveau international. Il connait maintenant le chemin qui lui reste à parcourir et les efforts qu'il va falloir concéder pour progresser. Tous les espoirs sont permis et l'avenir est devant lui. 

David Geslot rentre dans une nouvelle aire. Après 4 années passées en T2, David vient d'être reclassifié en T1 soit dans la catégorie qui correspond incontestablement à sa pathologie. Cette reclassification va permettre à David de viser d'autres objectifs et surtout de décupler sa motivation pour les atteindre. Un nouvel horizon s'ouvre à lui. 

Un bilan positif. Christophe Dizy, président de Urt Vélo 64 et responsable de l'Académie Nationale Handisport de   Paracyclisme dresse un bilan positif de cette quinzaine mondiale. "Il faudrait être difficile pour ne pas être satisfait car n'oublions pas qu'à la base, nous sommes un club et qu'en coupe du monde nous rivalisons avec des équipes nationales. Nous avons choisi de développer l'accession au haut niveau avec de jeunes coureurs que nous avons détecté et entraîné. Nous ne nous contentons pas d'attendre l'éclosion des coureurs pour les recruter, nous formons, nous construisons, nous sommes les vrais acteurs du Paracyclisme national, que ce soit à travers Urt Vélo 64 ou l'Académie. La victoire de Dorian, à Maniago récompense aussi la Fédération Française Handisport qui nous a fait confiance en mettant en place l'académie, il y a maintenant deux ans. Une idée saugrenue pour certains, sans intérêt pour d'autres mais qui prouve aujourd'hui que nous avons eu raison de croire que l'avenir de notre sport passe par les jeunes en situation de handicap et que nous ne devons pas nous contenter d'attendre d'anciens compétiteurs qui arrivent dans notre mouvement. Les familles ne se sont pas trompées non plus et les prochaines arrivées de futurs académiciens à Urt en est la preuve. Cette victoire n'est qu'un début car nous avons des objectifs bien plus significatifs mais je la dédie à ceux qui nous soutiennent et qui croient en nous, à l'image de nos partenaires, du Team Direct Energie, des bénévoles de Urt Vélo 64, de la FFH et en particulier à Pierrick Giraudeau (DTN adjoint en charge du haut niveau) et à Sami El Gueddari (CTN en charge de la filière d'accès au haut niveau)." 

Retrouvez l'ensemble des photos sur notre page Facebook.